Vision

Objectif

De nombreuses personnes et organisations à travers le monde oeuvrent depuis longtemps à l’allègement de la souffrance, et dans de nombreux domaines. Toutefois elles le font généralement en ordre dispersé, sans grands liens qui pourraient les soutenir mutuellement et les rendre plus fortes dans leur mission.

Si le voeu d’alléger la souffrance semble largement partagé à travers le monde, il doit y avoir des raisons profondes pour expliquer qu’aucune société, ou presque, n’en ait fait sa priorité éthique à travers l’histoire depuis des milliers d’années.

Notre proposition consiste à organiser l’allègement de la souffrance, solidement et durablement.

Le socle : une Alliance

Le socle de cette organisation est une Alliance en charge de son impulsion et de sa coordination.

L’allègement de la souffrance dans le monde est la priorité éthique de cette Alliance.

Cette priorité s’applique à tous les êtres sensibles à la souffrance, humains ou non. Elle s’attache d’abord aux souffrances les plus intenses. La souffrance, communément comprise comme un état subjectif désagréable que le sujet souhaite éviter, est considérée sous tous ses aspects, que sa source soit physique ou mentale.

L’Alliance est ouverte à étudier toutes les solutions qui visent à alléger la souffrance, sans en exclure aucune a priori. Elle privilégie la multiplicité des approches.

Est invitée à s’allier toute personne qui considère que l’allègement de la souffrance dans le monde est une priorité éthique. Est également invitée toute organisation qui considère cet allègement comme sa priorité éthique.

L’accueil et l’accompagnement de chaque nouvel allié font l’objet d’un soin particulier.

Les processus de décision de l’Alliance ne sont pas figés, mais sont élaborés et adaptés au fil du temps par les alliés eux-mêmes, coauteurs de l’Alliance.

Trois orientations

Culture

Le lien majeur pour soutenir les alliés est le lien culturel : plus la culture d’allègement de la souffrance est globalement partagée à travers le monde, plus l’action de chaque allié devient efficace dans son domaine particulier.

L’action organisatrice de base consiste à promouvoir cette valeur d’allègement de la souffrance pour que les décisions prises à travers le monde, publiques ou privées, l’intègrent de plus en plus.

Mais qu’est-ce qui pourrait motiver à promouvoir cette valeur ? Au-delà de notre seule empathie naturelle, notre conscience individuelle a la capacité à se dépasser jusqu’à voir que chaque souffrance éprouvée par quiconque est une partie de notre propre souffrance.

« Les fers que l’un d’entre nous portait, tous les portaient, les fers que tous portaient, je les portais. »  Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté

« We are them » : en même temps qu’elle s’étend à tous les êtres sensibles, cette conscience reste assez humble pour reconnaître que chacun d’entre nous est un être qui souffre, qui fait souffrir et qui se sert de la souffrance à certaines fins.

Cette conscience étendue est la clé de voûte d’une culture d’allègement de la souffrance.

Connaissance

L’Alliance favorise l’émergence d’une nouvelle discipline ayant pour objet le phénomène de la souffrance.

La mission première d’une telle discipline est de produire une cartographie de la souffrance et de fournir les outils de mesure nécessaires pour orienter l’action, éclairer les décisions à prendre et évaluer les résultats.

Action concrète

Les organisations existantes qui allègent concrètement la souffrance, publiques ou privées, font déjà un travail considérable. L’Alliance encourage leur action, notamment en invitant chaque allié à s’impliquer dans une telle organisation de son choix.

Quant aux souffrances encore négligées, l’Alliance suscite de nouvelles activités ou organisations capables de les alléger.

C’est en commençant d’abord par prendre en charge sa propre souffrance que chacun commence à alléger la souffrance dans le monde. L’Alliance valorise la prévention et l’autonomie.