Positions ponctuelles

Lettre ouverte de l’Alliance Algosphère à l’Organisation des Nations unies (2017-09-21)

Qui sont les poissons ? (2017-02-19)


Lettre ouverte de l’Alliance Algosphère à l’Organisation des Nations unies

Objet : Allègement de la souffrance dans le monde : revenu universel, paix mondiale et une Déclaration Universelle des Droits élargie à tous les êtres sensibles

Monsieur le Secrétaire Général,

Nous, organisations et individus signataires, avons la vision d’un monde où l’allègement de la souffrance recevrait la plus haute priorité éthique. Récemment, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a décidé de mettre en place un revenu de base pour les réfugiés2, une stratégie qui aura des conséquences positives sur leur précaire situation économique et sociale. Dans la présente lettre, nous préconisons l’extension du revenu universel3 à l’ensemble de la population mondiale et nous expliquons pourquoi nous pensons que cette mesure aurait des conséquences positives majeures – pas seulement sur le plan économique, mais pour l’allègement structurel de la souffrance et l’atteinte de certains objectifs clés de l’ONU. Nous pensons qu’aborder le sujet du revenu universel en synergie avec d’autres objectifs offre des opportunités de progrès pour des sujets aussi centraux que la paix mondiale ou les droits fondamentaux. Dans cette lettre, nous resituons les avantages du revenu universel mondial dans une perspective plus large et proposons des mesures concrètes que l’ONU pourrait prendre pour promouvoir cette approche.

Sommaire :

  1. Le potentiel progressiste du revenu universel mondial
  2. Subvenir aux réfugiés, première étape en cours pour la mise en place du revenu universel mondial
  3. Prochaines étapes de mise en place du revenu universel mondial
  4. Vers un état de paix perpétuelle
  5. Vers une Déclaration Universelle des Droits élargie à tous les êtres sensibles
  6. Prochaines étapes

Lire plus


Qui sont les poissons ?

L’Alliance soutient la campagne “Qui sont les poissons ?” lancée internationalement en 2017, sur son volet de sensibilisation aux souffrances invisibilisées des “sans voix” que sont les vastes populations aquatiques.

Le fait que les animaux aquatiques soient privés de parole fait oublier qu’ils représentent 97% des animaux tués pour la nourriture humaine. Cette production animale se fait dans des souffrances aussi lourdes que méconnues. Malgré le poids de ces souffrances dans la cartographie mondiale de la souffrance, elles restent mal prises en compte : lorsque nous nous préoccupons de la souffrance animale, nous avons à l’esprit les animaux terrestres, très peu ou pas les animaux aquatiques. La prise de conscience de cet angle mort de la compassion est l’objet central de la campagne “Qui sont les poissons ?” : la question aquatique est l’un des enjeux éthiques les plus importants de notre temps.

À noter que si la consommation d’animaux aquatiques cesse, cela aura un fort impact sur les humains dont la vie dépend étroitement de cette production. Il faut donc non seulement se préoccuper des souffrances aquatiques mais aussi des éventuelles souffrances infligées aux humains, producteurs et consommateurs, qui seront impactés par la fin de la pêche. Il faut tout particulièrement s’efforcer de trouver des solutions de reconversion pour ces populations, y compris dans les habitudes de consommation. La compassion doit avoir le souci des souffrances de tous, non-humains et humains, sans discrimination. Ne pas prendre en compte la souffrance des humains concernés par la pêche, c’est aussi s’exposer à des résistances dans son abandon et freiner l’allègement des souffrances aquatiques.

En conséquence, l’Alliance ne soutient pas la revendication d’une Journée Mondiale pour la Fin de la Pêche qui est un volet de cette campagne, bien que ce slogan de “la fin de la pêche” soit pédagogiquement susceptible d’éveiller les esprits. En effet, cette revendication agresse directement les nombreuses populations de la planète impliquées dans la pêche et les menace dans leur survie même. Une telle revendication est contre-productive, dans le contexte actuel, par l’intensité des résistances de “légitime défense” qu’elle va nécessairement susciter.

Plus d’information :

Site Internet : Fish info (en construction)

Facebook : Fish Liberation – World campaign for aquatic animals

Comment participer

Share on FacebookTweet about this on Twitter